■プロフィール

F

Author:F
FC2ブログへようこそ!

■最新記事
■最新コメント
■最新トラックバック

■月別アーカイブ
■カテゴリ
■検索フォーム

■RSSリンクの表示
■リンク
■ブロとも申請フォーム
■QRコード

QR

La classe du 26 janvier
Nous avons continué à étudier le texte sur le corps et nous avons réfléchi au plan du texte.

220px-Venus_de_Milo_Louvre_Ma399.jpg


Samedi 2 février, cours le matin.





未分類 | 19:54:51 | Rétrolien(0) | Commentaire(0)
classe du samedi 19 janvier 2013
Bonjour,

Nous avons commencé l'unité 7, en étudiant le début d'un texte sur le corps et sa place dans notre société. Nous avons seulement étudié la technique de l'introduction et du plan.
Voici le texte, à lire si possible pour la semaine prochaine.



Rond Point 3 Unité 7. Activité 1B (Piste 43)

Le corps est comme un territoire qui est de plus en plus gouverné par une dictature, celle de la perfection. D’abord, nous ferons un bond en arrière dans notre préhistoire et je montrerai que le corps est depuis toujours l’objet d’une vive attention. Ensuite, j’analyserai les critères de beauté de la société occidentale d’aujourd’hui et nous verrons que ces critères de beauté poussent les personnes à mettre leur santé en danger. Puis, j’expliquerai qui sont en fait les vrais bénéficiaires de cette dictature du corps et le but de cet exposé est de démontrer que ces critères de beauté sont en réalité entretenus par le consumérisme et sont donc un produit de notre société capitaliste.
Paraître beau est une exigence de toute société humaine, et ça depuis le néolithique, comme les fouilles préhistoriques l’ont révélé. Depuis cette époque ancestrale, l’être humain est conscient de son corps et il a toujours cherché à modifier son aspect à l’aide de bijoux, de peintures, de tatouages afin de séduire, bien sûr, mais aussi pour afficher son statut au sein d’un groupe ou encore effrayer l’ennemi dans une bataille. Aujourd’hui comme hier, donc, nous attachons beaucoup d’importance à notre aspect physique. Être beau, c’est important pour être accepté socialement. Par exemple, chez les Karas d’Éthiopie, un membre de la tribu qui ne prendrait pas soin de son aspect physique pourrait en être chassé. Le concept de beauté change selon les cultures, mais aussi au fil du temps, au sein d’une même culture. Ainsi, en Europe, au début du xxe siècle, une « belle » femme avait des rondeurs, une taille fine mais des hanches larges et une poitrine généreuse comme l’attestent les photos de mode des années 30.
Je ne vais donc pas remettre en question l’exigence de beauté de l’humanité, mais je crois que les canons de beauté de la société actuelle sont irréalistes et s’appuient sur un mensonge : l’association faite entre la beauté et la santé. Il faut aujourd’hui être mince, bronzé et musclé pour paraître en bonne santé et être considéré « beau ». C’est ce mensonge, savamment entretenu et subtilement divulgué par un certain secteur de l’économie, que je veux dénoncer dans mon exposé. Je pense que nous devrions traiter notre corps avec douceur puisque c’est de lui que dépendent notre santé et notre bien-être. Or, il n’en est rien, comme je vais le démontrer à présent.

En premier lieu, l’exigence d’être mince provoque des accidents de santé qui peuvent avoir des conséquences tragiques. Ouvrez un magazine quelconque à cette époque de l’année et vous y trouverez des adresses d’instituts de beauté qui vous garantissent de perdre votre surpoids en quinze jours grâce à des pilules miracles et des crèmes amincissantes. Et si cela ne marche pas, alors vous pourrez toujours avoir recours à la chirurgie pour supprimer les petits bourrelets inesthétiques. On observe que les résultats sont toujours garantis par des soi-disant professionnels de la santé. Pourtant, qui ne connaît pas le cas de Terry Schiavo, cette jeune femme tombée dans le coma à cause d’un régime amincissant ? Terry n’est pas un cas isolé et l’obsession pour être mince entraîne bon nombre de jeunes filles dans l’anorexie. Pour ressembler aux top-modèles, ces jeunes filles refusent de s’alimenter. Certaines en meurent — ce sont les cas extrêmes —, mais toutes ont des séquelles car cela affecte leur scolarité. Comment, en effet, peut-on étudier et mémoriser si le cerveau ne reçoit pas la quantité de sucre dont il a besoin pour fonctionner ?
En deuxième lieu, l’exigence d’être bronzé inflige un stress important à notre corps et peut avoir de graves conséquences à long terme. Être bronzé, c’est avoir bonne mine et pour cela on s’expose excessivement au soleil au risque de développer vingt ans plus tard un carcinome ou un mélanome, c’est-à-dire un cancer de la peau. Dans tous les cas, l’exposition au soleil provoque un vieillissement prématuré de l’épiderme.

Enfin, l’exigence d’être musclé pousse de plus en plus de gens à adopter des comportements à risque. Une étude récente a montré que la fréquentation des salles de musculation avait considérablement augmenté ces dix dernières années et qu’elles étaient de plus en plus fréquentées par les femmes. Le body-building est à la mode chez les hommes comme chez les femmes. Une donnée très inquiétante est le développement du marché des anabolisants, vous savez, ces hormones synthétiques qui imitent la testostérone et par conséquent font saillir les muscles et permettent une performance physique ponctuelle, mais qui provoquent aussi de graves problèmes et des accidents de santé. Eh bien, contrairement à ce que l’on croit, le dopage n’est plus une pratique réservée aux sportifs de haut niveau mais se développe de plus en plus dans le grand public.

Alors, on peut se demander à qui profite réellement la dictature du corps. Même s’il est impossible de nommer un coupable, il est évident qu’un marché considérable s’est développé et consolidé pour répondre à la demande anxieuse d’un corps mince, bronzé et musclé, supposé être la preuve d’une bonne santé.



En conclusion, je dirais que la beauté est importante pour être socialement accepté, mais les canons esthétiques de la société occidentale soumettent les personnes à une dictature qui met leur santé en danger. J’affirme que cette dictature est habilement entretenue de façon à soutenir un marché extrêmement prospère. L’exigence et le désir d’être mince, bronzé et musclé garantit des consommateurs prêts à payer le prix fort pour atteindre cet idéal. C’est pourquoi des associations de consommateurs se sont organisées de façon à alerter l’opinion publique et ainsi faire prendre conscience des manipulations dont nous sommes tous victimes. On peut espérer qu’à l’avenir, les personnes mieux averties réagiront et ne se laisseront plus tromper par de fausses promesses qui mettent leur vie en danger.



未分類 | 08:07:23 | Rétrolien(0) | Commentaire(0)
cours du samedi 15 janvier
Nous avons réfléchi au quiz suivant, puis étudié un peu "pourtant" et "or".



Le quiz gastronomique de janvier 2013

1
Le Paris-Brest est une pâtisserie d'origine française, toute ronde avec un trou au milieu, composée d'une pâte à choux fourrée d'une crème mousseline pralinée, garnie d'amandes effilées. C'est un pâtissier de Saint-Germain, Louis Durand, qui l'a inventé en 1910. Pour cela:
a Il a été inspiré par la course cycliste entre Paris et Brest créée en 1891 et a donné au gâteau une forme de roue de bicyclette, qui peut faire jusqu'à 50 centimètres de diamètre
b Louis Durand a visité le Japon en 1909 et il a été très impressionné par la Grand' Roue du lac Biwa, près de Katata. Quand il est revenu en France, il a conçu un gâteau en forme de grand'roue.

c Pour inaugurer la nouvelle ligne de chemin de fer entre Paris et Brest, la SNCF a organisé un grand concours de pâtisserie dont le thème était le train, le rail et la Normandie. Louis Durand a donné la forme d'une roue de locomotive à son gâteau et a gagné le premier prix.

2
a La grande saison du gibier en France est l'été. On chasse surtout le sanglier, le canard et l'ours fin juillet.
b On mange souvent le gibier "faisandé", c'est à dire plusieurs jours après sa mort. C'est bien meilleur que de la viande fraiche!
c Si on tue un sanglier, une biche ou un autre animal sauvage avec sa voiture, on peut le ramener en ville et le vendre très cher aux services de la mairie ou aux Eaux et Forêts.

3
a Les Français ne mangent jamais de poisson cru.
b En France, on mange parfois des harengs marinés au vin blanc et aux herbes.
c Le rollmops est une recette du sud de la France. Il s'agit de poisson fumé au bois de cep de vigne.

4
a Les profiteroles sont un dessert d'origine française à base de liqueur d'orange (Grand Marnier) et de pistaches grillées. On sert traditionnellement ce gâteau le 6 janvier.
b Les profiteroles sont une pâtisserie créé par un banquier hollandais qui voulait faire beaucoup de profit en vendant des voitures anglaises, par exemples des Rolls. Au début, le gâteau s'appelait profit-rolls, puis on a francisé son nom en "profiteroles".
c Profiterole vient du mot " profit " et désignait, à l'origine, un petit cadeau fait aux domestiques.
Il semblerait que, dans nos campagnes anciennes, les profiteroles n'étaient que de petites boules de pain qu'on servait avec la soupe ou avec une sauce salée. Maintenant, c'est un chou fourré à la glace à la vanille et nappé de chocolat chaud.

5
a La truffe est un chocolat fondant enrobé de poudre de cacao.
b La truffe est un champignon très recherché qu'on trouve dans la terre à l'aide d'un cochon ou d'un chien.
c La truffe est le nom du nez du chien.

6
Un mille-feuille ou millefeuille est une pièce de pâtisserie faite de trois couches de pâte feuilletée et deux couches de crème pâtissière. Le dessus est glacé avec du sucre glace ou du fondant. On peut y ajouter de la confiture ou des fruits. Il aurait été créé par François Pierre de La Varenne qui le décrit dans son "Cuisinier françois" en 1651.
a Selon la méthode traditionnelle de préparation de la pâte feuilletée, en six étapes de pliages en trois, le mille-feuille comporte 729 paires de feuilles.
b Le mille-feuille traditionnel comporte bien-sûr 1000 feuilles de pâte.
c C'est en automne qu'on mange ce gâteau, quand les feuilles des arbres commencent à tomber dans la farine et le sucre.

未分類 | 20:02:11 | Rétrolien(0) | Commentaire(0)